Sixième volontariat sur la Sunshine Coast 😎

Septembre, septembre…

SEPTEMBRE ???? Mais je ne vous ai pas encore raconté la fin de notre road-trip du mois de juin!

Puisqu’il faut rattraper le temps, je vais prendre une bonne résolution pour cette rentrée, et écrire quelque chose de court. Je sais très bien qu’à l’heure qu’il est vous êtes bien trop occupés à tester vos nouveaux stylos fluos senteur fruits des bois dans vos cahiers tout propres, plûtot que de lire mes pérégrinations en terre lointaine. Pour ceux qui arrivent à faire deux choses à la fois, voici le récit de notre sixième et avant dernier volontariat au Canada, sur la Sunshine Coast.

  • Un nouveau type de volontariat.

Notre sixième volontariat était sans doute le plus atypique de tous, principalement parce qu’il ne ressemblait pas vraiment à un volontariat. Contrairement à tout ceux que nous avions fait précédemment, celui-ci se déroulait dans un resort d’une taille assez phénoménale, où nous n’avions que très peu de contact avec nos hôtes. Nous ne vivions pas avec eux, nous ne mangions pas avec eux et nous ne travaillions pas non plus avec eux. Nous avions notre propre hébergement que nous partagions avec d’autres volontaires de tous les continents. Nous mangions tous les soirs au restaurant du resort tous ensemble. Nous travaillions seuls la plupart du temps, et surtout, surtout, nous avions BEAUCOUP de temps libre. Le travail que nous faisions se limitait à 5h (comme ce qui était initialement prévu dans le contrat Workaway) et pourtant c’était bien la seule fois que ces 5h étaient respectées.

  • Un cadre incroyable

Ce volontariat se trouvait à Ruby Lake, sans doute l’un des plus beaux endroits de la Sunshine Coast, qui elle-même se trouve à quelques kilomètres de Vancouver mais n’est accessible qu’en ferry, aucune route ne la relie à l’intérieur des terres. Son petit nom estival nous a quelque peu induit en erreur, nous étions persuadés qu’il s’agissait là d’une des principales côtes touristiques de la Colombie-Britannique, une fois sur place, c’était pas vraiment ce qu’on imaginait. La Sunshine Coast est bel et bien l’un de ces lieux qui double voire triple de population l’été, mais ce ne sont pas véritablement les touristes venus en masse qui en sont à l’origine, mais plutôt les riches propriétaires de maisons secondaires venus respirer loin de la ville. Il y a beaucoup de randonnées et de ballades à faire sur la Sunshine Coast, mais très très peu d’activité touristique, mieux vaut donc venir avec son bateau, son équipement de plongé ou de jet ski, et s’approvisionner suffisamment en nourriture avant de venir car ici, tout est incroyablement cher ! Il y a malgré tout quelques téméraires qui tentent l’aventure et qui se retrouvent la plupart du temps à Ruby Lake Resort, le fameux resort où nous travaillions.

Ruby Lake Resort n’était pas un resort comme les autres. Il s’en dégageait une ambiance assez incroyable. Un petit air de paradis au milieu de nulle part. Il y avait des fleurs absolument partout, et il y en avait pour tous les goûts; des sculptures en bois, en fer, en pierre, qui rendaient l’endroit ultra chaleureux, et la présence d’animaux plus adorables les uns que les autres (à l’exception des ratons laveurs, mon copain pourra vous en dire quelques mots si vous le souhaitez.) Le resort proposait une version camping safari pour les aventuriers et une version motel un poil plus chic pour ceux qui préfèrent le confort. C’était un endroit idéal pour les mariages et cérémonies en tout genre, d’ailleurs on a pu en voir quelques uns et même y participer.

Le travail était incroyablement cool comparé à tous les volontariats que nous avions pu faire précedemment, seules la température particulièrement extrême des premiers jours rendait la tache un peu plus compliquée (après les -40 de l’hiver, les 40 de l’été n’étaient pas franchement nécessaires…) Nous nous chargions principalement de divertir les clients en leur permettant d’aller voguer sur l’eau du lac très mystique qui se trouvait en face du resort, (bref, de la location de bateaux si vous préférez), de garder les plantes de la propriété en vie et surtout de garder le resort propre (tentes et parties communes). Rien de bien compliqué.

Nous étions 5 volontaires et les autres personnes qui faisaient fonctionner le resort étaient des membres permanents de l’équipe eux aussi internationaux. L’ambiance était très détendue, parfois même peut-être un peu trop…

  • Derrière la carte postale

Je ne vais pas vous cacher que l’organisation un peu trop cool du resort m’a très vite tapée sur le système. Rien n’est parfait. Quelques employés se sont très vites réposés sur nos épaules en se déchargeant assez facilement de leur propre travail, ce qui rendait certaines journées assez infernales. Sans parler de l’organisation dans un sens plus général autour des normes d’hygiènes qui n’étaient absolument pas respectées et qui me faisaient complètement halluciner (pourtant je peux vous dire que j’en ai vu des trucs crades durant mes précédentes expériences…)

Je n’étais pas seulement affligée pour les clients, je l’étais aussi pour moi-même, puisque je vivais là et que je mangeais là. Très rapidement, l’expérience s’est transformée en un affreux désastre gastrique, je finissais malade après chaque repas, sans exception. J’ai bien essayé d’arrêter la viande et les poissons, en vain, puisqu’on continuait à en dissimuler dans mes plats, il fallait finir les restes, vous voyez ! Les derniers jours, j’ai réussi à passer à des repas uniquement composés de salades, je n’étais plus malade, mais j’avais faim (rien n’est parfait je vous dis). Aujourd’hui on en rigole souvent, mais quelle ironie de se dire que notre pire souvenir culinaire de toutes nos expériences Workaway était dans un restaurant…

 

  • Bilan d’un mois les pieds dans l’eau.

Ruby Lake  est de mon point de vue très loin d’être dans le top 5 de nos meilleurs volontariats pour la simple et bonne raison qu’il ne correspondait absolument pas à mes attentes d’un volontariat, nous n’avons eu aucun échange culturel avec nos hôtes, nous sommes d’ailleurs partis sans même qu’ils ne connaissent nos prénoms, c’est dire ! Nous n’avons développé aucune nouvelle aptitude et n’avons rien découvert que nous ne connaissions déjà en terme de travail. J’ai été très déçue d’être la seule de toute l’équipe de volontaires à avoir toujours la même tâche à faire, qui plus est la moins marrante: le housekeeping! Mais ce sont des sacrifices qu’il faut être prêt à accepter dans ce genre de situations.

A coté de ça, Ruby Lake était sans doute l’un des workaway les plus agréables que nous avons vécu. Nous étions libres de nos mouvements une fois le temps de travail terminé, nous n’avions à rendre de compte à personne, nous ne devions préparé les repas du soir pour personne et surtout surtout, nous ne lavions pas la vaisselle pendant des heures après chaque repas (ce qui était assez inédit). Le resort nous prêtait des canoes et des paddles pour aller sur le lac aussi souvent qu’on en avait envie, et comme dit précedemment toute l’équipe était incroyablement gentille et avenante.

Ces quelques semaines nous ont permis de nous ressourcer, de prendre un peu de temps pour nous, de pouvoir admirer des pluies d’étoiles filantes et des couchers de soleil à couper le souffle.

C’est pour sûr, un volontariat que je conseillerai à toute personne qui a envie de rester indépendante et qui aime les activités outdoor.

Dans un prochain article, je vous dévoilerai un peu plus l’identité de la Sunshine Coast que nous avons traversé et pris le temps de découvrir chaque fois que nous en avions l’occasion, à défaut de faire un volontariat, peut-être que cela vous donnera envie d’y faire un tour !

A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *