Québec – Une fin d’année à -35 degrés.

Allo !

Bonne année 2018 à vous tous qui lisez ces mots !

J’espère que vos fêtes de fin d’année ce sont bien passées. Ici, nous sommes comme perdu dans l’espace-temps depuis notre arrivée.
Voilà un peu plus d’un mois  que nous sommes arrivés au Canada. Un mois passé à Québec-Ville, dans un premier volontariat qui s’est achevé il y a quelques jours, (je ferais d’ailleurs un article très prochainement pour vous parler de ça, avec un peu de recul c’est toujours mieux !)

Que s’est-il passé depuis la dernière fois ?

Notre premier Noël Canadien était une soirée bien étrange. Le 24 décembre au soir, nous étions sur un parking désert de supermarché avec un ami Mexicain, obligés de rebrousser chemin puisque tous les magasins venaient de fermer. La soirée du réveillon s’est finie en plat de spaghettis. Dans le fond, c’était très bon, et ce n’est pas tant ce qui était dans l’assiette qui comptait…

 

La rue principale de notre premier volontariat.

 

Par la suite, les jours ont filé comme des étoiles. Le soleil disparaît tellement vite chaque jour, que je me demande si la journée a bien existé.

 

La soirée du Nouvel An a dépassé toutes mes attentes. Le plus difficile aura été de se motiver à sortir s’enjailler dehors sous -27 degrès. La chaleur humaine des Québecois nous aura suffit pour nous tenir chaud plusieurs heures d’affilées. Contrairement à Paris qui m’a déçue tellement de fois pour les soirées du Nouvel An, Québec nous a offert une soirée de feu avec une énorme scène électro aménagée pour l’occasion et un feu d’artifice (auquel nous n’avons pas vraiment preté attention, trop occupés à sauter partout.)

Mes talents de camerawoman un soir de Nouvel An (c’est cadeau !)

Le froid est devenu de plus en plus rude au fil des semaines. Je préfère ne pas suivre les actualités météorologiques pour ne pas être découragée de mettre les pieds dehors. J’ai vaguement entendu dire que la température était descendue à un moment sous la barre des -35 degrès et que la température ressentie était autour des -40. Globalement, quand je ne peux plus bouger mes doigts sous mes deux paires de gants, ça me suffit comme indicateur thermique. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’ai pas pris énormément de photos ces derniers temps.

Pourtant, loin de rester emmitouflés sous notre couette, nous sommes la preuve que OUI, il est possible de faire quelque chose de sa vie même avec des températures extrêmes.

Que faire à Québec l’hiver ?

Avant d’arriver à Québec, j’avais lu beaucoup d’articles, qui m’avaient un peu découragés. Ces articles disaient: « Québec est vraiment une ville toute petite », « il n’y a pas grand chose à faire », « le tour de la ville se fait en moins d’une après-midi », « une journée à Québec c’est laaaaargement suffisant ». Ils auraient pu titrer : « Québec, ville de l’ennui, ne venez pas » c’était pareil. Du coup, en arrivant j’ai cherché tout un tas de prospectus en tout genre pour prouver à ces blogs, à la France, au monde entier que: NON ! Il y a des choses à faire à Québec l’hiver.  Non, on ne s’ennuie pas au bout d’une après-midi! Un mois, par contre… ça se complique ! ^^

Redevenir enfant le temps des fêtes

S’il y a bien une chose formidable malgré ce froid extrême au mois de Décembre, ce sont les marchés de Noël. Peut importe la température, les marchés de Noël réchauffent toujours le cœur à défaut du corps. A Québec, il y a un marché de Noel allemand au cœur de la vieille ville ainsi qu’un marché beaucoup plus vaste et axé sur les produits locaux dans le Vieux Port. Les illuminations sont absolument incroyables (et je n’use pas souvent le superlatif quand il s’agit des décos de Noël !)

L’attraction hivernale que je ne voulais ABSOLUMENT PAS raté en allant à Québec ce sont les glissades ! Je n’ai pas pris de photos parce que j’avais beaucoup trop froid, mais les glissades c’est l’activité à faire si vous voulez vous sentir enfant à nouveau. Une longue pente qui part des plaines d’Abraham fans la ville haute de Québec pour arriver quelques dizaines de mètres plus bas en luge, la vitesse de la descente peut atteindre les 70 km/h.

Les températures sont tellement extrêmes que le Saint Laurent lui-même n’a pas résisté. Le fleuve a entièrement gelé. Malgré tout, des traversiers équipés pour ces conditions continuent de faire des traversés du fleuve en toute circonstance, fendant la glace et donnant une vue d’ensemble de Québec. Si vous n’avez pas envie de vous geler les miches sur l’eau, vous pouvez toujours attendre comme moi que la température remonte pour voir la glace craqueler et former de mini-icebergs au bord des berges.

Aussi, l’hiver permet de se cultiver. Puisque flâner dans les rues peu parfois devenir compliqué, il y a toujours les musées pour emmagasiner un peu de chaleur et réchauffer son cerveau. Pour une « petite » ville comme Québec, il y a pas mal de musées à visiter. Nous n’en avons vu qu’un seul, car les horaires étaient disons le, vraiment pénibles  (pour des gens qui travaillent la journée). Pourtant je les aurais bien tous fait. Mention spéciale, au Musée de l’Amérique Francophone, qui dispose de trois étages pour trois expositions différentes. La priorité des expositions est mise avant tout sur la forme que sur le fond. Le musée est très interactif, il séduira les personnes les plus réticentes aux musées, mais frustera sans doute les mères Castor, qui comme moi, sont à la recherche d’explications plus détaillées sur l’Histoire Canadienne.

Pour ceux qui ont un peu plus d’argent et un peu plus de temps, vous avez la possibilité de vous envoyer au 7e ciel, au choix : grâce à  l’observatoire de la ville ou en brunchant dans le restaurant hyper cosy avec vue panoramique, qui tourne sur lui-même (rien que ça!), jetez un oeil sur le site pour réserver une place, le resto s’appelle Le CIEL.

À quelques kilomètres de Québéc, il y aussi un petit bijou de la nature à decouvrir : les chutes de Montmorency. Facilement accessible en bus, un avant goût des chutes du Niagara!

Des traversiers qui s’appretent à partir fendre la glace.

 

Profiter des activités hivernales en milieu urbain

Tester votre système immunitaire en arpentant les rues de Québec par -30. C’est bon pour la santé, un peu moins pour le moral, mais après coup, vous serez fiers de vous. À Québec, il faut savoir s’aventurer en dehors de la vieille ville, les petits trésors de la vie contemporaine se trouvent en bas de la ville…

 

Profiter du froid en maillot de bain

Sinon, si jamais vous avez trop chaud l’hiver à Québec, vous pouvez toujours aller vous refaire une petite santé dans un spa en extérieur. Frissons garantis ! Le Siberian Spa était un véritable havre de paix polaire. Vous apprendrez à repousser les limites de votre corps. Peut-être même que vous vous immuniserez de toute maladie pour l’hiver à venir…

Profiter d’une chapelle éphèmère de glace pour faire sa demande en mariage

 

Je rassure de suite mes proches, il n’y a pas eu de demande en mariage! Je suis seulement tombée sur une publicité de l’hôtel de Glace, qui ouvre chaque année ses portes au mois de Janvier. Vous pouvez aller visiter l’hôtel, y boire un verre, y dormir une nuit, demander quelqu’un en mariage ou tout simplement vous marier. Nous n’avons pas eu l’opportunité d’y aller, mais je ne désespère pas d’y faire un tour, l’hôtel sera toujours là jusqu’à fin mars.

Profiter d’être en ville pour tester plein de bars/fast food québécois

Et si jamais, vous êtes vraiment frileux… N’oubliez pas que vous êtes au pays du fast-food! Il y en a tellement à découvrir, que ça vous occupera bien pour au moins trois jours !

A bientôt dans l’Est les copains !

 

2 commentaires pour “Québec – Une fin d’année à -35 degrés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut