Voilà deux mois que nous avons posé nos valises dans notre nouveau chez nous à Vancouver. Maintenant que les affaires sont presque toutes rangées, je peux enfin prendre le temps de faire le bilan de ces 10 mois de volontariats que nous venons d’achever. Pour ceux qui débarquent, petit récapitulatif. Mon copain et moi-même avons…Lire la suite de « PVT: 10 mois de volontariats à travers le Canada. »

Eh bien voilà, nous y sommes enfin arrivés : le récit de notre dernier volontariat au Canada. Notre aventure qui aura tout de même durée 10 mois, s’est close il y a maintenant plus d’un mois. Le temps de voir les choses avec un peu de recul et de nostalgie ? Non pas vraiment, les évènements…Lire la suite de « Dernier volontariat dans une boulangerie ❤ ❤ ❤ »

Voilà trois mois, bientôt quatre que nous avons franchi la dernière province à l’Ouest du Canada: la COLOMBIE-BRITANNIQUE. Pour vous, cela n’évoque peut-être rien du tout, pour moi, franchir ce territoire était le deuxième objectif que je voulais atteindre après celui de faire des volontariats durant les premiers mois de notre PVT. Parcourir le Canada…Lire la suite de « Trois semaines de road-trip en Colombie-Britannique ❤ »

Septembre, septembre… SEPTEMBRE ???? Mais je ne vous ai pas encore raconté la fin de notre road-trip du mois de juin! Puisqu’il faut rattraper le temps, je vais prendre une bonne résolution pour cette rentrée, et écrire quelque chose de court. Je sais très bien qu’à l’heure qu’il est vous êtes bien trop occupés à tester…Lire la suite de « Sixième volontariat sur la Sunshine Coast 😎 »

  Le voici enfin ! L’article tant attendu sur notre volontariat dans une retraite de yoga. Vous avez été plusieurs à me demander des détails sur cette étape de notre voyage, j’espère que cet article répondra à vos questions et si vous en avez d’autres, n’hésitez pas à me contacter ou à laisser un mot doux…Lire la suite de « Cinquième volontariat dans une retraite de yoga »

Troisième étape de notre road-trip estival. Et dire que c’était déjà il y a plus de deux mois… Nos deux semaines en Alberta sont passées comme des étoiles filantes ! Avant d’y aller, j’avais beaucoup entendu parler de l’Alberta . J’avais eu beaucoup de retours très positifs concernant la beauté de ses paysages, la vie relativement peu…Lire la suite de « Deux semaines en Alberta. »

  Deuxième étape de notre road-trip estival. C’était un voyage qu’on attendait depuis longtemps…la traversée du Saskatchewan! Bizarrement , quand la plupart des gens ont tendance à me recommander un endroit à visiter ou au contraire, un endroit à éviter, je me méfie. Non pas parce que je ne leur fait pas confiance mais parce…Lire la suite de « Coup de foudre pour le Saskatchewan ! »

  10 choses que j’aurais aimé savoir avant de partir en road-trip au Canada Le camping sauvage (dans certaines provinces) tu oublieras. La première et principale mauvaise surprise que nous avons eu durant notre road-trip d’un mois entre le Manitoba et la Colombie-Britannique c’était ça: la difficulté de faire du camping sauvage. Pour être honnête,…Lire la suite de « 10 choses que j’aurais aimé savoir avant de partir en road-trip au Canada »

J’avais écrit cet article il y a des semaines, je n’avais plus qu’à le poster avant de nous lancer dans notre road-trip et vous auriez eu de quoi lire en attendant le récit palpitant de notre mois passé sur la route… Mais le destin en a voulu autrement, en essayant d’ouvrir mon document Word, l’article…Lire la suite de « Trois mois dans l’Ontario//Manitoba »

Le récit de ce quatrième volontariat est un peu spécial.

Il y a 5 ans, je savais déjà que je voulais prendre une année à la fin de mes études pour faire quelque chose de totalement différent. Je ne savais pas encore tout à fait où, encore moins quand et certainement pas quoi.

Un PVT au Canada ? C’était très attirant, mais je n’étais pas totalement convaincue.

A force de traîner sur des blogs en tout genre, je suis tombée sur celui de Lætitia(Routes Parallèles) et celui d’Ann (Anolalemag) qui étaient en pleine aventure sur cet immense territoire. Après avoir suivi avec passion ces deux récits de voyage, je n’avais plus de doute.

Le point commun entre ces deux blogs et le lieu même où je me trouve pour écrire cet article: le Falcon Trails Resort. Sans ces deux blogs, je n’aurais jamais entendu parler de cet endroit, et je n’aurai sans doute jamais passé trois mois de ma vie dans le Manitoba. C’est donc grâce à ses auteures que je remercie chaudement, si nous sommes parvenus jusqu’ici…et quelle aventure!

Une des cabines dont nous nous occupions.

Je rêvais donc secrètement de cet endroit pendant plusieurs années, pensant que peut-être, un jour, je pourrais moi aussi y travailler pendant un temps.

Quelques mois avant notre grand départ pour le Canada, j’ai donc tenté ma chance. J’ai envoyé un mail à Barb, la propriétaire du Falcon Trails Resort en lui expliquant toutes les raisons de ma motivation à aller me perdre au fin fond des forêts du Manitoba pour m’engager dans un tel volontariat. La réponse ne s’est pas faite attendre, avec un enthousiasme incroyable, Barb m’a répondu quelque chose comme «avec grand plaisir!»

Le soucis c’est que nous arrivions à Montréal, que nous n’avions pas de voiture et ne pouvions pas estimer combien de temps cela nous prendrait d’en avoir une. Entre temps nous avions programmé d’autres volontariats beaucoup moins lointain et il m’était alors impossible de fixer une date d’arrivée. Nos échanges se tarirent et j’oubliais même pendant un temps que je l’avais contacté, trop préoccupée par tout ce que nous vivions au quotidien.

Et puis, par un jour de janvier pluvieux alors que nous agonisions dans notre premier volontariat à Québec, Barb me recontacta pour me demander si nous pouvions venir au mois de Mars. Nous n’avions à l’époque ni voiture, ni la moindre idée de ce que nous ferions entre ce jour là et le mois de Mars, mais nous nous sommes précipités sur cette proposition. Nous y serions allés en stop s’il le fallait! Tout ce que j’espérais d’un volontariat n’avait été que déception absolue à l’endroit où nous nous trouvions, et le simple fait d’avoir cet hôte à l’autre bout du Canada qui se rappelait de nos messages échangés quelques 4 mois plus tôt me redonnait soudainement espoir.

Je vous passe les détails de notre arrivée, ainsi que la description de ce lieu si exceptionnel où nous avons travaillé durant ces trois mois, et vous propose plutôt de le voir en images.

Par où commencer?

5 Mars 2018

Arrivée à Falcon Lake.
Sortir de la Transcanadienne, celle-là même qui a été notre principal compagnon et notre principale source de divertissement pendant ces quelques 3000 kilomètres parcours depuis Terre-Neuve. Emprunter une route non goudronnée, s’enfoncer à vive allure dans la forêt à la nuit tombante, sillonner pendant plusieurs dizaines de minutes.

Arrivée chez Barb.
Elle nous accueille entourée de trois gros chiens. Une pancarte «Barefoot Friendly» se tient devant la porte d’entrée. De l’autre côté, il y a Craig, le mari de Barb qui se trouve justement pieds nus par -20 degrés.
Quelques pas plus tard, l’émerveillement commence dans le salon de nos hôtes. Le genre de maison que je ne vois que dans mes rêves, se dessine devant mes yeux, je suis ébahie. Barb et son mari étaient charpentiers avant de prendre leur retraite, ils ont construit leur maison eux mêmes, ainsi que toutes les cabines et toutes les structures du Falcon Trail Resort.

Le voyage était épuisant, je suis ébahie, je suis perdue, je ne dis pas un mot.

Il y a à côté de nous des gens très étranges.
Un garçon du nom de Rob qui semble surexcité de vivre et qui nous invite à l’événement de l’année : une célébration du soleil sur une piste de snow. Je lui explique que je ne suis jamais allée au ski de toute ma vie, il me répond que c’est le moment idéal! Et puis il y a Ben, un garçon super grand, super carré, super fin. Il me fait penser à mon frère, il est charpentier et Mennonite. Je ne comprends pas qui ils sont.
Plus le temps passe et plus il y a de gens qui arrivent dans le salon. On finit par comprendre que leur point commun et qu’ils travaillent tous d’une manière ou d’une autre pour le resort et qu’ils s’entendent bien mieux qu’une vraie famille.

 

 

6 Mars 2018

J’aurai bien passé ma journée à dormir, récupérer des courtes nuits que nous avons passé précédemment. Je suis toujours autant perdue. Ce décor, ces gens, ce rythme de vie, n’a absolument aucun point commun avec ce que nous avons vécu à Terre-Neuve.

Le soir, nous sommes conviés à un concert à domicile. C’est bien la première fois que nous en voyons un. Un couple de musicien folk se retrouvent dans notre salon, Clarke & Betsie. Tout comme nous, ils viennent de loin, de Kansas City pour être tout à fait exact. Quel étrange hasard que nos vies se croisent dans un endroit aussi reculé de tout. En les voyant, je me rappelle pourquoi j’aime tant les américains. Ils sont remplis d’ondes positives, posent plein de questions, s’émerveillent de tout et nous parle de leur métier à sillonner les villes pour partager leur amour de la musique folk. C’est un petit concert avec une vingtaine d’invités. Les invités sont pris d’une soudaine fièvre et se mettent tous à chanter, attraper ce qu’ils peuvent dans la maison pour en faire un instrument et rejoindre les deux compères en rythme. Il y en à un au fond du salon qui a attrapé un carton pour en faire une boite à rythme et sa voisine est en folie avec une paire de cueillières. Le spectacle est assez fou à voir. Les invités ne veulent pas partir, chaque fois que la musique s’arrête, quelqu’un propose une nouvelle chanson. Il est 2h du matin quand tout le monde s’en va. A contre coeur mais il le fallait bien!

 

 

10 Mars 2018

L’événement de l’année est arrivé, la célébration du soleil sur les pistes de ski à lieu ce jour.
Si je reste dubitative face à tant d’excitation, je ne suis pas en reste non plus, puisqu’il s’agit de ma première fois sur des skis. Après nos premiers jours de travail, nous voilà invités à descendre les pistes du Falcon Lake. Mon copain me dit que ça ne devrait pas être trop compliqué pour moi puisque les pistes n’ont rien de vertigineuses (c’est le Manitoba, pas les Rocheuses!). C’est tout de même suffisant pour que je reste accrochée en haut de la piste à un lampadère en criant «JE VEUX PAS DESCENDRE » telle Josiane Balasko en perdition. L’abruti d’adolescent qui gardait la remontée mécanique en bas de la piste n’ absolument aucune pitié à mon égard, puisqu’en essayant d’attraper cet objet de torture, j’en ai perdu mes bâtons de ski, ce qu’il a bien évidemment trouvé très drôle de ne pas me redonner. J’ai du mettre à peu près une heure à me plaindre en haut de la piste et à ne pas descendre. Une fois la première descente de faite, ça allait beaucoup mieux.

Pas assez malheureusement pour participer à l’événement de l’année qui était en réalité tout un circuit à bosses et obstacles en snowboard. J’éprouve encore en écrivant ces mots une gratitude absolue envers mes hôtes qui nous ont offert cette journée, et envers mon copain pour sa patience et son amour inconditionnel même dans les situations où je suis totalement exécrable.

Lire la suite de "Quatrième volontariat dans le Manitoba."